Bureau d'études de Recherche et de Développement
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.
Bureau d'études de Recherche et de Développement


 
AccueilAccueil  PortailPortail  Dernières imagesDernières images  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
Le Deal du moment : -33%
Pokémon Diamant Etincelant ou Perle ...
Voir le deal
29.99 €

 

 Simulation avec la self bifilaire.

Aller en bas 
4 participants
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
JCV
Support Electronique
JCV


Age : 74
Localisation : France (Nord)
Prénom : Jean-Claude
Date d'inscription : 28/04/2008

Simulation avec la self bifilaire. Empty
MessageSujet: Simulation avec la self bifilaire.   Simulation avec la self bifilaire. EmptyLun 27 Oct 2008 - 18:03

Bonjour,

Simulation avec la self bifilaire, ou quelle est l'utilité de cette self.

1 - But:

Cela fait un moment que je voulais faire cette simulation pour me rendre compte de l'utilité réelle de l'ajout d'une self bifilaire sur un générateur de gaz oxyhydrogène.

Nous allons donc essayer de comprendre à quoi peut servir cette "self de choc bifilaire" ( bifilar choke ) utilisée sur de nombreux montages.

Nota:

Pour cette simulation, nous allons utiliser le montage de "Dave Lawton" ( "Replication of Stanley Meyer's Demonstration Electrolyser" ) dont le schéma est décrit dans un fichier nommé "D14", ou "MeyerRep" ou encore plus recemment "Chapter10".

Ce montage utilise un générateur d'impulsions qui découpe le courant d'alimentation, ce générateur comprends deux parties: une partie haute fréquence fonctionnant à quelques dizaines de kHz, modulée par une partie basse fréquence à quelques dizaines de Hz dite "gate time".

Dans les simulations nous ne considerons qu'un mode de fonctionnement continu sans modulation (gate time), à une fréquence fixe de 10kHz, avec un rapport cyclique (mark/space ratio) de 50%.

Le schéma électronique du générateur n'est pas représenté dans ces simulations. Il pourra faire l'objet d'une analyse séparée.

2 - Simulation de référence:

Schéma extrait du fichier D14:

Dans ce montage il n'y a pas de self bifilaire, il va nous servir de référence pour la suite.

Simulation avec la self bifilaire. D14-bifchoke-01

Schéma équivalent du montage utilisé pour la simulation:

Pour la simulation nous n'utiliserons qu'une seule cellule (partie encadrée dans les pointillés), les valeurs des élements utilisées pour cette cellule sont celle du schéma équivalent déterminé à partir des mesures de fc89 sur sa cellule et publiées dans un autre post.

Simulation avec la self bifilaire. D14-bifchoke-04

V1 : L'alimentation 12 volts (batterie par exemple).
V2 : Le générateur 10 kHz (valeur choisie arbitrairement) rapport cyclique 50%.

CWFC : Le condensateur équivalent au WFC (valeur réelle) 9.76nF.
RWFC : La résistance équivalente au WFC (valeur mesurée) 10.6 ohms.
VWFC : La tension de seuil de la cellule (valeur mesurée) 2.4 volts.

M1 : Le MOSFET qui sert d'interrupteur.
D1 : Diode de protection.

La quantité de bulles produite par la cellule est proportionelle au courant qui circule dans la branche RWFC-VWFC.
Soit : 0.684L/h (Litre par heure) de gaz oxyhydrogène (OHH) par ampère à la température ambiante (25°C).

Simulation:

Simulation en régime établi dans le domaine temporel.

- Les courants dans le WFC et dans la batterie:

Simulation avec la self bifilaire. D14-bifchoke-06

En vert : le courant dans la branche génératrice de bulles du WFC, soit I(RWFC).
En rouge : le courant de la batterie.

On peut calculer la quantité de gaz oxyhydrogène produit par ce système :
Le rapport cyclique a été choisi à 50%, donc le courant moyen est égal à I-crête / 2

I-moyen dans RWFC = 0. 906 / 2 = 0.453 ampères.

d'où Débit d'OHH = 0.453 * 0.684 = 0.310 L/h

Le courant moyen de la batterie : 0.52A
D'où la puissance délivrée par la batterie : 12 * 0.52 = 6.24 W

Le rendement de cet électrolyseur est de 20.1 Wh/L, ce qui n'est pas terrible.

3 - Simulation avec l'ajout de la self bifilaire:

Schéma extrait du fichier D14:

Simulation avec la self bifilaire. D14-bifchoke-02

Schéma équivalent du montage utilisé pour la simulation:

Pour cette simulation nous ajoutons au montage précedent une self bifilaire connectée identiquement au montage ci-dessus (respect du sens des enroulements).

Simulation avec la self bifilaire. D14-bifchoke-10

V1 : L'alimentation 12 volts (batterie par exemple).
V2 : Le générateur 10 kHz (valeur choisie arbitrairement) rapport cyclique 50%.

CWFC : Le condensateur équivalent au WFC (valeur réelle) 9.76nF.
RWFC : La résistance équivalente au WFC (valeur mesurée) 10.6 ohms.
VWFC : La tension de seuil de la cellule (valeur mesurée) 2.4 volts.

M1 : Le MOSFET qui sert d'interrupteur.
D1 : ici la Diode fonctionne en diode de "roue libre".

L1 et L2 : La self bifilaire est constituée de deux enroulements fortement couplés ( K1 = 1 ).

La valeur de 1mH par enroulement a été choisie arbitrairement, elle n'est pas critique.

Le choix d'une valeur devant permettre la résonance avec CWFC ne donne aucun résultat tangible, à cause du coefficient d'amortissement trop élevé du circuit, dû à la valeur trop faible de RWFC. Il n'y a pas de résonance.

Simulation:

Simulation en régime établi dans le domaine temporel.

- Tension et courant du MOSFET et de D1:

Simulation avec la self bifilaire. D14-bifchoke-11

en Vert : la tension drain du MOSFET.
en bleu : le courant drain du MOSFET.
en rouge : le courant dans la diode D1.

On constate tout de suite l'effet de la self bifilaire: celle-ci récupère une partie de l'énergie pendant le temps ON du MOSFET pour la restituer au travers de D1 pendant le temps OFF du MOSFET.

- Les courants dans le WFC et dans la batterie:

Simulation avec la self bifilaire. D14-bifchoke-12

En vert : le courant dans la branche génératrice de bulles du WFC, soit I(RWFC).
En rouge : le courant de la batterie.
Pour mémoire, en bleu : la tension drain du mosfet.

On remarque que la self bifilaire produit un lissage du courant dans le WFC.

I-moyen dans RWFC = 0.388 ampères.

d'où Débit d'OHH = 0.388 * 0.684 = 0.265 L/h (production légèrement inférieure)

Le courant moyen de la batterie : 0.227A
D'où la puissance délivrée par la batterie : 12 * 0.227 = 2.72 W

Le rendement de cet électrolyseur est de 10.3 Wh/L, nous avons doublé le rendement.

4 - Conclusion:

Même si le résultat global est loin de ce qui se fait de mieux, il est important de constater que la self bifilaire correctement utilisée a permis de doubler le rendement de notre système.

Il ne faut jamais oublier que l'important n'est pas la quantité de gaz produite, mais le rendement du système.

L'augmentation de la quantité de gaz produit sera tout simplement obtenu en réduisant la valeur de RWFC: augmentation de la surface des électrodes, diminution de la distance entre les électrodes, mise en // de plusieurs cellules, dopage de l'eau ...

L'augmentation du rendement peut aussi être obtenu en plaçant plusieurs cellules en série.



A+

JCV
Revenir en haut Aller en bas
fc89
Chef de projet
Membre Donateur
Chef de projetMembre Donateur
fc89


Age : 59
Localisation : Bourgogne, France
Prénom : Francis
Date d'inscription : 07/11/2006

Simulation avec la self bifilaire. Empty
MessageSujet: Re: Simulation avec la self bifilaire.   Simulation avec la self bifilaire. EmptyLun 27 Oct 2008 - 18:38

Bonjour Jean-Claude,

Très beau travail!
Je suppose que tu fais référence à ce montage:
https://generation-hydrogene.forumpro.fr/viewtopic.forum?p=3361
Si c'est le cas tes résultats concordent pas trop mal avec les miens.
Tu dis:
Citation :
L'augmentation du rendement peut aussi être obtenu en plaçant plusieurs cellules en série.
As tu fait une simulation avec plusieurs tubes?
A+
Revenir en haut Aller en bas
JCV
Support Electronique
JCV


Age : 74
Localisation : France (Nord)
Prénom : Jean-Claude
Date d'inscription : 28/04/2008

Simulation avec la self bifilaire. Empty
MessageSujet: Re: Simulation avec la self bifilaire.   Simulation avec la self bifilaire. EmptyLun 27 Oct 2008 - 19:32

Bonjour Francis,

La simulation avec plusieurs tubes est en préparation, en fait ce sera deux tubes en série.

Si on met les tubes en // on multiplie la production de gaz par le nombre de tubes sans augmenter le rendement.

A+

JCV
Revenir en haut Aller en bas
fc89
Chef de projet
Membre Donateur
Chef de projetMembre Donateur
fc89


Age : 59
Localisation : Bourgogne, France
Prénom : Francis
Date d'inscription : 07/11/2006

Simulation avec la self bifilaire. Empty
MessageSujet: Re: Simulation avec la self bifilaire.   Simulation avec la self bifilaire. EmptyLun 27 Oct 2008 - 20:02

Re,

Très bien, mais si tu as le temps essais, avec 6 ou 9 tubes en //.
Car j'avais lu quelque part que plus il y avait de tubes, plus l'ampérage chutait. Je sais, cela est complétement incroyable, mais bon!
A+
Revenir en haut Aller en bas
JCV
Support Electronique
JCV


Age : 74
Localisation : France (Nord)
Prénom : Jean-Claude
Date d'inscription : 28/04/2008

Simulation avec la self bifilaire. Empty
MessageSujet: Re: Simulation avec la self bifilaire.   Simulation avec la self bifilaire. EmptyLun 27 Oct 2008 - 20:17

Re,

Ok, je ferais l'essai aussi.

A+
JCV
Revenir en haut Aller en bas
JCV
Support Electronique
JCV


Age : 74
Localisation : France (Nord)
Prénom : Jean-Claude
Date d'inscription : 28/04/2008

Simulation avec la self bifilaire. Empty
MessageSujet: Re: Simulation avec la self bifilaire.   Simulation avec la self bifilaire. EmptyMar 28 Oct 2008 - 19:43

Bonjour,

Suite de la simulation, pour simplifier nous utiliserons deux cellules en parallèle, le résultat avec un nombre plus grand peut se déduire aisément.

5a - Simulation avec deux cellules en paralelle:

Pour cette simulation nous reprenons notre montage n°3 auquel nous ajoutons une seconde cellule en parallèle.

Simulation avec la self bifilaire. D14-bifchoke-20

V1 : L'alimentation 12 volts (batterie par exemple).
V2 : Le générateur 10 kHz (valeur choisie arbitrairement) rapport cyclique 50%.

La cellule 1

CWFC1 : Le condensateur équivalent au WFC (valeur réelle) 9.76nF.
RWFC1 : La résistance équivalente au WFC (valeur mesurée) 10.6 ohms.
VWFC1 : La tension de seuil de la cellule (valeur mesurée) 2.4 volts.

La cellule 2, identique à la cellule 1

CWFC2 : Le condensateur équivalent au WFC (valeur réelle) 9.76nF.
RWFC2 : La résistance équivalente au WFC (valeur mesurée) 10.6 ohms.
VWFC2 : La tension de seuil de la cellule (valeur mesurée) 2.4 volts.

M1 : Le MOSFET qui sert d'interrupteur.
D1 : ici la Diode fonctionne en diode de "roue libre".

L1 et L2 : La self bifilaire est constituée de deux enroulements fortement couplés ( K1 = 1 ).
Nous avons conservé la même valeur de self, une valeur plus importante augmente juste le lissage du courant.

Simulation:

Simulation en régime établi dans le domaine temporel.

- Tension et courant du MOSFET et de la diode D1:

Simulation avec la self bifilaire. D14-bifchoke-21

en Vert : la tension drain du MOSFET.
en bleu : le courant drain du MOSFET.
en rouge : le courant dans la diode D1.

Comme précédemment, on constate tout de suite l'effet de la self bifilaire: celle-ci récupère une partie de l'énergie pendant le temps ON du MOSFET pour la restituer au travers de D1 pendant le temps OFF du MOSFET.

- Les courants dans le WFC et dans la batterie:

Simulation avec la self bifilaire. D14-bifchoke-22

En vert et bleu-clair : courbes superposées, le courant dans la branche génératrice de bulles du WFC, soit I(RWFC1) et I(RWFC2), les deux courants sont strictement identiques.
En rouge : le courant de la batterie.
Pour mémoire, en bleu : la tension drain du mosfet.

On remarque que la self bifilaire produit un lissage du courant dans le WFC.

Le courant indiqué est celui en régime établi, après 1.5mS.

I-moyen dans RWFC1 = 0.340 ampères.
I-moyen dans RWFC2 = 0.340 ampères.

d'où Débit total d'OHH = ( 0.340 * 0.684 ) x 2 = 0.465 L/h

Le courant moyen de la batterie : 0.390A
D'où la puissance délivrée par la batterie : 12 * 0.390 = 4.68 W

Le rendement de cet électrolyseur est de ( 4.68 / 0.465 ) = 10.6 Wh/L, nous constatons un rendement identique à celui obtenu avec une seule cellule.

5b - Conclusion:

Cette démonstration nous permet de conclure que la mise en parallèle de plusieurs tubes ne permet pas d'augmenter le rendement du système.

A+

JCV


Dernière édition par JCV le Mar 28 Oct 2008 - 19:45, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
JCV
Support Electronique
JCV


Age : 74
Localisation : France (Nord)
Prénom : Jean-Claude
Date d'inscription : 28/04/2008

Simulation avec la self bifilaire. Empty
MessageSujet: Re: Simulation avec la self bifilaire.   Simulation avec la self bifilaire. EmptyMar 28 Oct 2008 - 19:44

Bonjour,

Suite de la simulation, ici nous allons essayer de voir ce qui se passe si on met les deux cellules en série.

6a - Similation avec deux cellules en série:

Pour cette simulation nous reprenons le montage précédent (5a) en plaçant les deux cellules en série.

Simulation avec la self bifilaire. D14-bifchoke-30

V1 : L'alimentation 12 volts (batterie par exemple).
V2 : Le générateur 10 kHz (valeur choisie arbitrairement) rapport cyclique 50%.

La cellule 1

CWFC1 : Le condensateur équivalent au WFC (valeur réelle) 9.76nF.
RWFC1 : La résistance équivalente au WFC (valeur mesurée) 10.6 ohms.
VWFC1 : La tension de seuil de la cellule (valeur mesurée) 2.4 volts.

La cellule 2, identique à la cellule 1

CWFC2 : Le condensateur équivalent au WFC (valeur réelle) 9.76nF.
RWFC2 : La résistance équivalente au WFC (valeur mesurée) 10.6 ohms.
VWFC2 : La tension de seuil de la cellule (valeur mesurée) 2.4 volts.

M1 : Le MOSFET qui sert d'interrupteur.
D1 : ici la Diode fonctionne en diode de "roue libre".

L1 et L2 : La self bifilaire est constituée de deux enroulements fortement couplés ( K1 = 1 ).
Nous conservons la même valeur de self.

Simulation:

Simulation:

Simulation en régime établi dans le domaine temporel.

- Tension et courant du MOSFET et de la diode D1:

Simulation avec la self bifilaire. D14-bifchoke-31

en Vert : la tension drain du MOSFET.
en bleu : le courant drain du MOSFET.
en rouge : le courant dans la diode D1.

Comme dans les simulations précédentes, on constate tout de suite l'effet de la self bifilaire: celle-ci récupère une partie de l'énergie pendant le temps ON du MOSFET pour la restituer au travers de D1 pendant le temps OFF du MOSFET.

On peur aussi constater que l'ondulation du signal est plus importante.

- Les courants dans le WFC et dans la batterie:

Simulation avec la self bifilaire. D14-bifchoke-32

En vert et bleu-clair : courbes superposées, le courant dans la branche génératrice de bulles du WFC, soit I(RWFC1) et I(RWFC2), les deux courants sont strictement identiques.
En rouge : le courant de la batterie.
Pour mémoire, en bleu : la tension drain du mosfet.

On remarque que la self bifilaire produit un lissage du courant dans le WFC.

I-moyen dans RWFC1 = 0.090 ampères.
I-moyen dans RWFC2 = 0.090 ampères.

d'où Débit total d'OHH = ( 0.090 * 0.684 ) x 2 = 0.123 L/h

Le courant moyen de la batterie : 0.051A
D'où la puissance délivrée par la batterie : 12 * 0.051 = 0.612 W

Le rendement de cet électrolyseur est de ( 0.612 / 0.123 ) = 4.9 Wh/L, nous constatons que le rendement à encore été amélioré d'un facteur deux par rapport à celui obtenu avec une seule cellule.

6b - Conclusion:

Cette démonstration est très intéressante car elle nous permet de voire que si le débit global à diminuer, la mise en série de plusieurs tubes permet d'augmenter le rendement du système.

En conservant ce rendement, pour augnenter le débit il faudrait, par exemple, diminuer l'espace entre les électrodes de la cellule, et augmenter la surface d'échange, de manière à diminuer la valeur de RWFCx.



A+

JCV


Dernière édition par JCV le Mer 29 Oct 2008 - 19:37, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
fc89
Chef de projet
Membre Donateur
Chef de projetMembre Donateur
fc89


Age : 59
Localisation : Bourgogne, France
Prénom : Francis
Date d'inscription : 07/11/2006

Simulation avec la self bifilaire. Empty
MessageSujet: Re: Simulation avec la self bifilaire.   Simulation avec la self bifilaire. EmptyMar 28 Oct 2008 - 21:01

Bonsoir Jean-Claude,

Tes relevés:
Citation :
I-moyen dans RWFC1 = 0.340 ampères.
I-moyen dans RWFC2 = 0.340 ampères.

d'où Débit total d'OHH = ( 0.340 * 0.684 ) x 2 = 0.465 L/h

Le courant moyen de la batterie : 0.390A
D'où la puissance délivrée par la batterie : 12 * 0.390 = 4.68 W

Le rendement de cet électrolyseur est de ( 4.68 / 0.465 ) = 10.6 Wh/L,

Dans cette simulation avec deux tubes, l'on remarque que le courant a perdu 48mA par tube.
Avec une électrolyse classique, et par ton calcul de production de gaz, il est tout à fait normal que cette fois elle soit inférieure. Mais uniquement en comparaison avec de l'électrolyse classique.
Mais c'est justement ce que nous cherchons, non?
Alors imagines que la production ne soit plus à multiplier par 0.684, que serait le résultat?
D'ailleurs, pourquoi, il y a t'il une conso moindre par tube?
Rajoutes en encore 4, si tu as le temps!
227mA pour un tube, 0.390 pour deux tubes, ici on voit bien qu'elle n'a pas été multiplié par 2, mais peut être que la production de gaz, si???
Très beau travail!
A+
Revenir en haut Aller en bas
JCV
Support Electronique
JCV


Age : 74
Localisation : France (Nord)
Prénom : Jean-Claude
Date d'inscription : 28/04/2008

Simulation avec la self bifilaire. Empty
MessageSujet: Re: Simulation avec la self bifilaire.   Simulation avec la self bifilaire. EmptyMer 29 Oct 2008 - 19:38

Bonjour,

Suite de la simulation, nous allons continuer l'expérimentation avec 4 cellules en parallèle, ce qui devrait doubler le débit du cas 5.

7a - Simulation avec quatre cellules en paralelle:

Pour cette simulation nous reprenons notre montage n°5 auquel nous ajoutons deux nouvelle cellules identiques en parallèle.

Simulation avec la self bifilaire. D14-bifchoke-40

V1 : L'alimentation 12 volts (batterie par exemple).
V2 : Le générateur 10 kHz (valeur choisie arbitrairement) rapport cyclique 50%.

La cellule x (x compris entre 1 et 4)

CWFCx : Le condensateur équivalent au WFC (valeur réelle) 9.76nF.
RWFCx : La résistance équivalente au WFC (valeur mesurée) 10.6 ohms.
VWFCx : La tension de seuil de la cellule (valeur mesurée) 2.4 volts.

M1 : Le MOSFET qui sert d'interrupteur.
D1 : ici la Diode fonctionne en diode de "roue libre".

L1 et L2 : La self bifilaire est constituée de deux enroulements fortement couplés ( K1 = 1 ).
Nous conservons la même valeur de self.

Simulation:

Simulation en régime établi dans le domaine temporel.

- Tension et courant du MOSFET et de la diode D1:

Simulation avec la self bifilaire. D14-bifchoke-41

en Vert : la tension drain du MOSFET.
en bleu : le courant drain du MOSFET.
en rouge : le courant dans la diode D1.

Comme dans les simulations précédentes, on constate tout de suite l'effet de la self bifilaire: celle-ci récupère une partie de l'énergie pendant le temps ON du MOSFET pour la restituer au travers de D1 pendant le temps OFF du MOSFET.

- Les courants dans le WFC et dans la batterie:

Simulation avec la self bifilaire. D14-bifchoke-42

En vert : courbes superposées, le courant dans la branche génératrice de bulles du WFC, soit I(RWFC1) = I(RWFC2) = I(RWFC3) = I(RWFC4), les 4 courants sont strictement identiques.
En rouge : le courant de la batterie.
Pour mémoire, en bleu : la tension drain du mosfet.

Nous avons allongé le temps de mesure, car la durée de mise en régime permanent s'est allongée, à cause de l'augmentation de la capacité totale, on constate aussi que le filtrage est plus important. D'où un lissage plus important du courant dans le WFC.

I-moyen dans RWFC1 = 0.372 ampères.
I-moyen dans RWFC2 = 0.372 ampères.
I-moyen dans RWFC3 = 0.372 ampères.
I-moyen dans RWFC4 = 0.372 ampères.

d'où Débit total d'OHH = ( 0.372 * 0.684 ) x 4 = 1.018 L/h

Le courant moyen de la batterie : 0.860A
D'où la puissance délivrée par la batterie : 12 * 0.860 = 10.32 W

Le rendement de cet électrolyseur est de ( 10.32 / 1.018 ) = 10.1 Wh/L, nous constatons que le rendement reste identique à celui obtenu avec une seule cellule.

5b - Conclusion:

Cette démonstration nous permet de conclure que la mise en parallèle de plusieurs tubes permet d'augmenter la quantié de gaz produite sans augmenter le rendement du système.

La quantité de gaz est bien quasiment proportionnelle au nombre de cellules mises en parallèle.

A+

JCV
Revenir en haut Aller en bas
JCV
Support Electronique
JCV


Age : 74
Localisation : France (Nord)
Prénom : Jean-Claude
Date d'inscription : 28/04/2008

Simulation avec la self bifilaire. Empty
MessageSujet: Re: Simulation avec la self bifilaire.   Simulation avec la self bifilaire. EmptyMer 29 Oct 2008 - 19:49

Bonsoir Francis,

fc89 a écrit:
Alors imagines que la production ne soit plus à multiplier par 0.684, que serait le résultat?

Et bien, le rendement ainsi que la production seront exactement augmenté d'autant, car c'est bien ce coefficient qu'il faut augmenter en faisant une électrolyse non Faraday.

fc89 a écrit:
D'ailleurs, pourquoi, il y a t'il une conso moindre par tube?

On passe de 0.388 à 0.340, je pense que c'est parce que mon temps d'intégration est trop court. Dés que j'ai le temps, je vérifie cela.

A+

JCV
Revenir en haut Aller en bas
JCV
Support Electronique
JCV


Age : 74
Localisation : France (Nord)
Prénom : Jean-Claude
Date d'inscription : 28/04/2008

Simulation avec la self bifilaire. Empty
MessageSujet: Re: Simulation avec la self bifilaire.   Simulation avec la self bifilaire. EmptyMer 29 Oct 2008 - 20:01

Bonjour,

Petit récapitulatif:

Soit Dx le débit de gaz en L/h ( Litres par heure )
Soit Nx le rendement en Wh/L ( Watts heure par litre )

- La référence, une cellule sans self:

D1 = 0.310 L/h
N1 = 20.1 Wh/L

- Un cellule avec self bifilaire:

D2 = 0.265 L/h
N2 = 10.3 Wh/L

- Deux cellules en parallèle avec self bifilaire:

D3 = 0.465 L/h
N3 = 10.6 Wh/L

- 4 cellules en parallèle avec self bifilaire:

D4 = 1.018 L/h
N4 = 10.1 Wh/L

- Deux cellules en série avec self bifilaire:

D5 = 0.123 L/h
N5 = 4.9 Wh/L

A+

JCV


Dernière édition par JCV le Jeu 30 Oct 2008 - 11:35, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
fc89
Chef de projet
Membre Donateur
Chef de projetMembre Donateur
fc89


Age : 59
Localisation : Bourgogne, France
Prénom : Francis
Date d'inscription : 07/11/2006

Simulation avec la self bifilaire. Empty
MessageSujet: Re: Simulation avec la self bifilaire.   Simulation avec la self bifilaire. EmptyMer 29 Oct 2008 - 21:48

Bonsoir Jean-Claude,

Excellent travail, donc les tubes en parallèle, ne donnent pas de bons résultats, par contre en série, cela semble pas mal, 4.6wh est déjà un bon rendement.
Tu n'as plus qu'à en rajouter encore et peut être modifier la tension du primaire.
A+
Revenir en haut Aller en bas
JCV
Support Electronique
JCV


Age : 74
Localisation : France (Nord)
Prénom : Jean-Claude
Date d'inscription : 28/04/2008

Simulation avec la self bifilaire. Empty
MessageSujet: Re: Simulation avec la self bifilaire.   Simulation avec la self bifilaire. EmptyJeu 30 Oct 2008 - 8:12

Bonjour Francis,

C'est déjà en préparation.

A+

JCV
Revenir en haut Aller en bas
iaorana
Membre Super Actif
iaorana


Age : 81
Localisation : Polynésie Française
Prénom : Alain
Date d'inscription : 01/12/2008

Simulation avec la self bifilaire. Empty
MessageSujet: Re: Simulation avec la self bifilaire.   Simulation avec la self bifilaire. EmptyDim 22 Mar 2009 - 23:20

Ia ora na,
JCV a écrit:
Simulation avec la self bifilaire, ou quelle est l'utilité de cette self.
Cette self bifilaire m'a toujours intrigué : une self, d'accord, mais pourquoi bifilaire, avec une moitié de chaque côté de la cellule Shocked Question

Car enfin, Mrs les Experts (Meyer, Lawton, Ravi etc. ;) ) :

1. Les 2 moitiés de votre super-self sont placées en série dans une même branche électrique, n'est-ce pas ?

2. Donc on peut les mettre où on veut dans cette branche, notamment du même côté.

3. Conséquence immédiate : la self bifilaire peut être remplacée par une self ordinaire ayant le même nombre total de tours, qui a une inductance égale à 4 fois celle d'une des moitiés de la bifilaire.

Vous pouvez facilement vérifier l'équivalence totale de ces 3 configurations avec votre simulateur préféré Smile .

Plus généralement, tous les schémas de la littérature Over Unity alias Zero Point Energy où on voit des selfs, des diodes, des condensateurs (par ex les 2 énormes 84 mF de Lawton) en multiples exemplaires en série avec la cellule sont redondants. D'ailleurs, JCV en a déjà débusqué quelques-uns, sans parler de ceux qui ne peuvent pas fonctionner !


Dernière édition par iaorana le Lun 23 Mar 2009 - 0:26, édité 1 fois (Raison : correction ZPE)
Revenir en haut Aller en bas
iaorana
Membre Super Actif
iaorana


Age : 81
Localisation : Polynésie Française
Prénom : Alain
Date d'inscription : 01/12/2008

Simulation avec la self bifilaire. Empty
MessageSujet: Re: Simulation avec la self bifilaire.   Simulation avec la self bifilaire. EmptyJeu 26 Mar 2009 - 2:02

Ia ora na,
iaorana a écrit:
(..) la self bifilaire peut être remplacée par une self ordinaire ayant le même nombre total de tours(..) Plus généralement, tous les schémas de la littérature Over Unity alias Zero Point Energy où on voit des selfs, des diodes, des condensateurs (par ex les 2 énormes 84 mF de Lawton) en multiples exemplaires en série avec la cellule sont redondants.
Aucune réaction Question Shocked
Revenir en haut Aller en bas
JCV
Support Electronique
JCV


Age : 74
Localisation : France (Nord)
Prénom : Jean-Claude
Date d'inscription : 28/04/2008

Simulation avec la self bifilaire. Empty
MessageSujet: Re: Simulation avec la self bifilaire.   Simulation avec la self bifilaire. EmptyJeu 26 Mar 2009 - 7:50

Bonjour,

iaorana a écrit:
Ia ora na,
iaorana a écrit:
(..) la self bifilaire peut être remplacée par une self ordinaire ayant le même nombre total de tours(..) Plus généralement, tous les schémas de la littérature Over Unity alias Zero Point Energy où on voit des selfs, des diodes, des condensateurs (par ex les 2 énormes 84 mF de Lawton) en multiples exemplaires en série avec la cellule sont redondants.
Aucune réaction Question Shocked

Je suis un peu débordé de travail en ce moment (effet de la crise), il faut sortie les nouveaux produits plus rapidement.

Dans la self bifilaire, il y a la mutuelle inductance, je n'ai pas fait de simulation en la remplaçant par une simple self pour comparaison.

A+

JCV
Revenir en haut Aller en bas
iaorana
Membre Super Actif
iaorana


Age : 81
Localisation : Polynésie Française
Prénom : Alain
Date d'inscription : 01/12/2008

Simulation avec la self bifilaire. Empty
MessageSujet: Re: Simulation avec la self bifilaire.   Simulation avec la self bifilaire. EmptyJeu 26 Mar 2009 - 18:23

Ia ora na,
JCV a écrit:
Dans la self bifilaire, il y a la mutuelle inductance
Dans une self ordinaire aussi - d'où son nom : self-inductance, auto-inductance... ;)

J'ai fait les simulations avec LTSpice : self bifilaire comme sur les schémas originaux, self bifilaire du même côté de la cellule, self unique. Les résultats sont identiques. Ceci est conforme aux lois de Kirchhoff and co., en supposant que la cellule n'ait aucune autre liaison (absente des schémas et de la simulation) avec le monde extérieur (e.g. la ZPE Rolling Eyes).
Citation :
Je suis un peu débordé de travail en ce moment
Faa'ito'ito (*) Jean-Claude Smile
Alain
(*) bon courage !


Dernière édition par iaorana le Dim 29 Mar 2009 - 20:06, édité 1 fois (Raison : ajout simulation)
Revenir en haut Aller en bas
guidi
Membre Actif
guidi


Age : 54
Localisation : Belgique
Prénom : Patrick
Date d'inscription : 19/05/2008

Simulation avec la self bifilaire. Empty
MessageSujet: Re: Simulation avec la self bifilaire.   Simulation avec la self bifilaire. EmptyLun 27 Avr 2009 - 14:30

Très intéressant ces tests sur simulateur.
Quelques résultats complémentaires:
(Essais réel réalisé et mesuré avec un inductancemètre)

Une bobine de 200 spires bobinée seule sur un torre en ferrite à une inductance L1 de 68 mH.
Prenons une deuxième bobine d'inductance L2 identique à
la première.

Si les deux bobines sont bobinées sur des tores séparés, il n'y à pas d'influence mutuelle.L'inductance totale sera de 68 x 2 = 136 mH.

Si les deux bobines sont bobinées sur le même tore, elle s'influencent positivement ou négativement selon leur sens de raccordement.
Mes mesures sont les suivantes:
L1 + L2 = 260 mH dans un sens et 12 mH dans l'autre.

Le fait d'avoir les deux bobines sur le même tore permet d'avoir une inductance donnée avec le moins de spires possible et donc une résistance minimum et un encombrement minime également.

le fait de câbler de plus le secondaire sur le même tore dans le VIC travaille dans ce sens.

d'après mes essais en cours sur le VIC, 50 à 100 spires (tout dépend de la fréquence d'utilisation du VIC) au total pour le secondaire et les deux bobines suffisent.

à +,
Revenir en haut Aller en bas
http://www.pfgtechnologie.be
iaorana
Membre Super Actif
iaorana


Age : 81
Localisation : Polynésie Française
Prénom : Alain
Date d'inscription : 01/12/2008

Simulation avec la self bifilaire. Empty
MessageSujet: Re: Simulation avec la self bifilaire.   Simulation avec la self bifilaire. EmptyLun 27 Avr 2009 - 19:26

Ia ora na Patrick,
guidi a écrit:
Si les deux bobines sont bobinées sur le même tore, elle s'influencent positivement ou négativement selon leur sens de raccordement.
Mes mesures sont les suivantes:
L1 + L2 = 260 mH dans un sens et 12 mH dans l'autre.
Ta "bi-self" est quasi parfaite : presque 4 L si câblée dans le bon sens, presque zéro dans le mauvais Very Happy
Citation :
Le fait d'avoir les deux bobines sur le même tore permet d'avoir une inductance donnée avec le moins de spires possible et donc une résistance minimum et un encombrement minime également.
Ben... non, puisqu'il n'y a aucune différence avec une self monofilaire ayant le même nombre total de spires ;)
Citation :
le fait de câbler de plus le secondaire sur le même tore dans le VIC travaille dans ce sens.
Que veux-tu dire par là ? le même tore que quoi ?
Citation :
d'après mes essais en cours sur le VIC, 50 à 100 spires (tout dépend de la fréquence d'utilisation du VIC) au total pour le secondaire et les deux bobines suffisent.
A "haute" fréquence, c'est trop : ça lisse complètement les impulsions, il ne reste que la modulation (quoique : c'est peut-être celle-ci qui est primordiale Rolling Eyes), à "basse" fréquence, ce n'est pas assez (aucun effet sensible sur le courant qui traverse la cellule).

NB : "haute" et "basse" sont relatives à la fréquence... optimale, celle où la self est la plus efficace. La self que miri et moi utilisons actuellement dans la cellule Raromatai fait 1,12 mH par enroulement, soit 4,5 mH "consolidée".

Malheureusement, on ne connaît pas du tout a priori la (les) fréquences optimales de production d'une cellule donnée Neutral. Les fréquences mentionnées dans la littérature Meyer & Co. vont de 600 Hz à plus de 1 MHz Exclamation Il faudrait donc disposer d'un jeu de selfs standard de valeurs étagées.
Revenir en haut Aller en bas
iaorana
Membre Super Actif
iaorana


Age : 81
Localisation : Polynésie Française
Prénom : Alain
Date d'inscription : 01/12/2008

Simulation avec la self bifilaire. Empty
MessageSujet: Re: Simulation avec la self bifilaire.   Simulation avec la self bifilaire. EmptyLun 27 Avr 2009 - 23:14

guidi a écrit:
Très intéressant ces tests sur simulateur.
Ils sont gratuits et à la portée de n'importe qui, donc nous aurions tort de nous en priver Very Happy Le véritable problème, c'est que les simulations ne servent pas à grand-chose ici, faute de modèle valable pour la cellule - en mode production, s'entend.

Elles peuvent néanmoins aider à débusquer les incohérences qui foisonnent dans les schémas publiés, probablement liées au fait qu'absolument aucun des spécialistes de référence n'est/n'était électronicien, situation aggravée par un individualisme qui ne les incitait pas à un travail d'équipe. A bon entendeur...;)

Citation :
d'après mes essais en cours sur le VIC, 50 à 100 spires (tout dépend de la fréquence d'utilisation du VIC) au total pour le secondaire et les deux bobines suffisent.
Quel est ton critère ?

Au fait, Patrick, peux-tu nous en dire plus sur ces essais (à moins que j'ai raté quelque chose ?)


Dernière édition par iaorana le Mar 28 Avr 2009 - 0:25, édité 2 fois (Raison : Ajout)
Revenir en haut Aller en bas
guidi
Membre Actif
guidi


Age : 54
Localisation : Belgique
Prénom : Patrick
Date d'inscription : 19/05/2008

Simulation avec la self bifilaire. Empty
MessageSujet: Re: Simulation avec la self bifilaire.   Simulation avec la self bifilaire. EmptyMar 28 Avr 2009 - 0:13

Citation :
Le fait d'avoir les deux bobines sur le même tore permet d'avoir une inductance donnée avec le moins de spires possible et donc une résistance minimum et un encombrement minime également.
Ben... non, puisqu'il n'y a aucune différence avec une self monofilaire ayant le même nombre total de spires ;)

Je voulais juste dire que pour une inductance voulue pour être à la fréquence de résonance du circuit désirée, il faut moins de spires avec deux bobines sur le même noyau que deux bobines sur des noyaux différents.


Citation :
le fait de câbler de plus le secondaire sur le même tore dans le VIC travaille dans ce sens.
Que veux-tu dire par là ? le même tore que quoi ?

c'est dans le dernier brevet:

http://users.skynet.be/fb891625/wo9207861a1.pdf

Le primaire, le secondaire et les deux bobines sont sur le même noyau, un tore en ferrite pour mon cas.

Citation :
d'après mes essais en cours sur le VIC, 50 à 100 spires (tout dépend de la fréquence d'utilisation du VIC) au total pour le secondaire et les deux bobines suffisent.
A "haute" fréquence, c'est trop : ça lisse complètement les impulsions, il ne reste que la modulation (quoique : c'est peut-être celle-ci qui est primordiale Rolling Eyes), à "basse" fréquence, ce n'est pas assez (aucun effet sensible sur le courant qui traverse la cellule).

Et tu oublie la fréquence de résonance. Dans mes essais passés il y avait bien une sorte de résonance mais je manquais d'appareil de mesure pour confirmer ou infirmer cela.

http://users.skynet.be/fa272699/Energie/Meyer/essais/essais2/data/Photo%20033.jpg

Maintenant j'avance lentement mais tout doit être compris et prédéterminé le mieux possible par calcul pour pouvoir être reproduit. J'attends un nouveau tore par la poste pour reprendre les essais du VIC. Les anciens tores étaient cassés en deux pour être bobinés puis recolés.
çà ne change sans doute pas grand chose mais le nouveau ne sera pas cassé.
La méthode de calcul étant apparemment au point, il ne me faut pas beaucoup de spires et ça devrait être possible sans casser le tore.

Les essais devraient me dire si:

-les calcul de prédéterminations sont bon.
-calcul du rendement du transfo.
-puissance max du transfo pour déterminer le transfo utile pour augmenter la puissance.
-la résonance est-elle bien là et sous quelle forme ?
-l'inductance du secondaire s'ajoute t-elle à l'inductance des bobines comme je le pense ?
-etc.

C'est sur base de l'expérience acquise dans ces essais-ci:

http://users.skynet.be/fa272699/Energie/Meyer/transformateur/calcul%20transformateur.htm


Dans mes anciens essais, il y avait rien qu'avec le secondaire une inductance trop élevée et je devais avoir affaire à des harmoniques. Mon récent appareil de mesure pour mesurer l'inductance est bien utile. Il permet de contrôler la valeur directe de l'inductance pendant le bobinage à la spire prêt.

La masse sur le dernier brevet est-elle utile, le secondaire et une des bobines ne pourrait il pas ne former qu'un. des Essais bien passionnant à réaliser. Affaire à suivre.


NB : "haute" et "basse" sont relatives à la fréquence... optimale, celle où la self est la plus efficace. La self que miri et moi utilisons actuellement dans la cellule Raromatai fait 1,12 mH par enroulement, soit 4,5 mH "consolidée".

Il y a un compte rendu de ces essais quelque part ?

Malheureusement, on ne connaît pas du tout a priori la (les) fréquences optimales de production d'une cellule donnée Neutral. Les fréquences mentionnées dans la littérature Meyer & Co. vont de 600 Hz à plus de 1 MHz Exclamation Il faudrait donc disposer d'un jeu de selfs standard de valeurs étagées.[/quote]

Je travaille à 20 000 et 42800. Un tore bobiné n'est valable qu'a une seule de ces fréquences.
Il semblerais que ce soit plus la résonance du circuit qu'une éventuelle fréquence de résonance de l'eau. En vérité je n'en sais rien.


Qui vivra verra...
Revenir en haut Aller en bas
http://www.pfgtechnologie.be
guidi
Membre Actif
guidi


Age : 54
Localisation : Belgique
Prénom : Patrick
Date d'inscription : 19/05/2008

Simulation avec la self bifilaire. Empty
MessageSujet: Re: Simulation avec la self bifilaire.   Simulation avec la self bifilaire. EmptyMar 28 Avr 2009 - 0:27

Citation :
d'après mes essais en cours sur le VIC, 50 à 100 spires (tout dépend de la fréquence d'utilisation du VIC) au total pour le secondaire et les deux bobines suffisent.
Quel est ton critère ?

La fréquence de résonance que je m'impose (valable pour le primaire et le secondaire)

20 000 et 42800 Hz


http://peswiki.com/index.php/Frequencies

Avec du 20 000 au primaire, on peut obtenir avec 4 diodes du 40 000 au secondaire, donc toujours autour du 42 000.

Meyer utilise cette configuration avec pont dans certains schémas.

Dans d'autres configurations, la fréquence du primaire est la même que celle du secondaire. Ce qui explique mon 42 800.


les gouts et les couleurs en matière de fréquence ....

Il y à aussi les diamètres et longueurs des tubes est ce important ? peut être, je ne crois pas que quelqu'un l'ai démontré par une expérience concluante.

Au fait, Patrick, peux-tu nous en dire plus sur ces essais (à moins que j'ai raté quelque chose ?)[/quote]

http://users.skynet.be/fb891625/index.htm

Il manque la prédétermination du nombre de spires du secondaire + les deux bobines aux deux fréquences pré-citées.

Il manque aussi la prédétermination du condensateur d'accord au primaire, mais j'en parle dans mes anciens essais.

J'ajouterai cela quand j'aurais un peu de temps.

Plus les essais qui commencerons quand j'aurais le nouveau tore et un peu de temps libre.

Bon travail,
Revenir en haut Aller en bas
http://www.pfgtechnologie.be
iaorana
Membre Super Actif
iaorana


Age : 81
Localisation : Polynésie Française
Prénom : Alain
Date d'inscription : 01/12/2008

Simulation avec la self bifilaire. Empty
MessageSujet: Re: Simulation avec la self bifilaire.   Simulation avec la self bifilaire. EmptyMar 28 Avr 2009 - 1:36

[quote="guidi"]
Citation :
(..) pour une inductance voulue pour être à la fréquence de résonance du circuit désirée, il faut moins de spires avec deux bobines sur le même noyau que deux bobines sur des noyaux différents.
D'accord, mais quel intérêt d'utiliser 2 bobines alors qu'une seule suffit (si elle a la bonne inductance bien sûr) ?

Citation :
(..) le même tore que quoi ?
c'est dans le dernier brevet: (..)
Le primaire, le secondaire et les deux bobines sont sur le même noyau, un tore en ferrite pour mon cas.
Vu. Mais, comme tu le dis, et démontré ailleurs par JCV, il y a au moins un enroulement superflu - je dirais même 2 : un primaire et un secondaire (correctement calculés) devraient suffire. Toujours les trucs à Meyer pour égarer les plagiaires ;)
Citation :
Dans mes essais passés il y avait bien une sorte de résonance mais je manquais d'appareil de mesure pour confirmer ou infirmer cela.
OK. Nous aussi allons étudier systématiquement ce point - c'est crucial. Et c'est bien de pouvoir confronter des résultats indépendants Smile
Citation :
Il y a un compte rendu de ces essais quelque part ?
Voir le fil Meyer::Essais pratiques::Cellule Raromatai. Les résultats partiels sont fournis au fur et à mesure.
Citation :
Il semblerais que ce soit plus la résonance du circuit qu'une éventuelle fréquence de résonance de l'eau.
Oui - pratiquement tous les expérimentateurs sont d'accord là dessus. Si l'eau avait des résonances intrinsèques dans ces gammes de fréquence, ça se saurait depuis belle lurette Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
iaorana
Membre Super Actif
iaorana


Age : 81
Localisation : Polynésie Française
Prénom : Alain
Date d'inscription : 01/12/2008

Simulation avec la self bifilaire. Empty
MessageSujet: Re: Simulation avec la self bifilaire.   Simulation avec la self bifilaire. EmptyMar 28 Avr 2009 - 1:46

guidi a écrit:
Citation :
(..) peux-tu nous en dire plus sur ces essais (à moins que j'ai raté quelque chose ?)
http://users.skynet.be/fb891625/index.htm
Je ne connaissais pas ces pages récentes Cellule : Essais Meyer 2009. Super cheers. Nous allons analyser ça de près ;)
Revenir en haut Aller en bas
iaorana
Membre Super Actif
iaorana


Age : 81
Localisation : Polynésie Française
Prénom : Alain
Date d'inscription : 01/12/2008

Simulation avec la self bifilaire. Empty
MessageSujet: Re: Simulation avec la self bifilaire.   Simulation avec la self bifilaire. EmptyMar 28 Avr 2009 - 2:48

guidi a écrit:
Il y à aussi les diamètres et longueurs des tubes est ce important ? peut être, je ne crois pas que quelqu'un l'ai démontré par une expérience concluante.
1. Compte tenu des cotes de ta cellule (75 mm / 14 mm / 15,9 mm), tu pourrais essayer les fréquences de résonance théoriques suivantes de la colonne d'eau (et leurs harmoniques) :
- longitudinale 9567 Hz,
- radiale 755263 Hz,
- tangentielle 30553 Hz.

2. [EDIT] La résistance mesurée (autour de 2000 Ω) permet d'estimer la résistivité de ton eau déminéralisée à environ 400 kΩ.cm.

Faux Embarassed car la "résistance" n'en est pas vraiment une : la cellule n'ayant ni les caractéristiques d'une résistance pure, ni d'une fém, ni d'une fcém, d'une diode etc. ni d'une combinaison quelconque d'icelles, mais d'un dispositif très non-linéaire et de surcroît variable dans le temps, on ne peut rien en déduire de sérieux sur la composante "eau" No

Pour mémoire :

Eau pure : 18 MΩ.cm
Eau dessal : 20000 à 100000 Ω.cm
Mont Roucous : 40000 Ω.cm
Pluie : 6000 à 50000 Ω.cm
Volvic : 5300 Ω.cm
Minérales diverses : 800 à 5200 Ω.cm
Robinet : 1500 à 2000 Ω.cm

[EDIT] Cependant, 2000 Ω reste une valeur très faible qui amortit complètement le circuit résonant cellule - self aux fréquences "habituelles", comme l'a montré JCV.

Probablement, mais c'est une conjecture qu'il est facile d'infirmer ou confirmer par quelques mesures expérimentales !


Dernière édition par iaorana le Ven 1 Mai 2009 - 3:52, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





Simulation avec la self bifilaire. Empty
MessageSujet: Re: Simulation avec la self bifilaire.   Simulation avec la self bifilaire. Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Simulation avec la self bifilaire.
Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» (PAH) Self bifilaire
» (8XA) La bobine bifilaire
» Simulation de la résonance
» Simulation Self Powering Resonant Circuit
» Simulation, calcul et conception de filtres

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bureau d'études de Recherche et de Développement :: Bureau d'Etudes :: Projets terminés, abandonnés ou en attente de reprise :: Meyer II :: Essais pratiques-
Sauter vers:  
Site à visiter...

Econologie.com : rechauffement climatique et economies d'energie

NOS REALISATIONS, TESTEES ET...
REPRODUCTIBLES PAR TOUS !

Alimentation à découpage
2v - 25v / 20A

Carte interface série optocouplée
pour système de développement
sur PICS

Carte PWM avec
mosfet de puissance intégré