Bureau d'études de Recherche et de Développement


 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 6/ [PAH Asl] Synthèse du projet

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Asl
Support Electronique
Membre d'Honneur
Support ElectroniqueMembre d'Honneur
avatar

Age : 66
Localisation : Près de Saumur
Prénom : Alain
Date d'inscription : 15/08/2006

MessageSujet: 6/ [PAH Asl] Synthèse du projet   Lun 13 Juin 2016 - 13:21

Bonjour,

Les différents points ayant été détaillés un à un, j'en fais maintenant la synthèse afin que nous en ayons une vue d'ensemble.

Tout d'abord que cherchons-nous et que nous faut-il ?

Nous prenons tous comme hypothèse que des impulsions de THT vont permettre de craquer la molécule d'eau.

Le principe de génération de cette THT que je préconise est tout simplement d'utiliser une self comme une simple bobine de relai qui, à la coupure du signal, va générer une THT d'une amplitude fonction des caractéristiques de cette self, et uniquement :


Principe qui, je le reconnais, sort totalement des sentiers battus employés jusqu'ici pour le craquage de la molécule mais qui offre l'avantage de se passer totalement d'un accord, recherche et maintien d'une quelconque fréquence de résonance.
Et ce n'est pas forcément négligeable... Pour strictement le même résultat.

Ensuite la cellule.
Là encore, pas du tout conforme à la méthode préconisée en général.
La cellule sera totalement isolée par une couche de vernis ou de peinture appliquée sur un ou deux tubes.

SCHÉMATIQUE GÉNÉRALE

Fichier à télécharger : PAH - Schématique générale v1.0.pdf

A noter que cette schématique n'inclut pas le dispositif additionnel de "polarisation".
Ceci n'est qu'optionnel et ne sera éventuellement rajouté qu'après confirmation du bon fonctionnement de l'ensemble  drunken

Les créneaux de commande

Deux 555 permettent de générer les signaux nécessaires, U1 pour le break time et U2 pour les créneaux qui vont permettre de déclencher les impulsions de THT.
Pour chaque période, les largeurs des créneaux haut et bas sont réglables séparément, que ce soit pour les créneaux de commande proprement dit ou les créneaux du break time :


Pour ne pas avoir des "petits morceaux" de créneaux à chaque extrémité du train nous synchronisons la durée du créneau break time sur un nombre entier de créneaux de commande (U3/U4).
Après "mixage", nous obtenons des trains d'impulsions de x créneaux, séparés par un silence (le break time proprement dit) lui aussi d'une durée réglable :

Qui sont envoyés via U5 au circuit de commande de l'igbt.

SW1 permet de commuter entre le mode "break time" et "sans break time" c'est-à-dire un train de créneaux continu.

Partie puissance

Le composant principal de cette partie est un igbt, le GT40WR21 qui supporte une tension de 1800v.
Il est d'un coup très raisonnable (5€ environ) sur RadioSpares par exemple.

Avec cet igbt, il faudra faire en sorte que l'amplitude de la THT se situe entre 1000v et 1200v.

Il est aussi possible de prendre un 19N250A qui lui supporte 2500v mais, et à confirmer, il n'est commandable qu'en Chine (20 à 30€ pièce livraison incluse et 20 à 30 jours de délai de livraison).

La self

On pourrait dire que c'est l'élément principal du circuit puisque c'est elle qui va nous générer la THT.

Elle peut être achetée, récupérée ou même bobinée par soi-même peu importe.

Elle doit néanmoins remplir un minimum de caractéristiques :

- avoir un coefficient de surtension élevé (amplitude de la THT)
- avoir de préférence une valeur de capacité parasite faible (limitation en fréquence)

Ces deux caractéristiques ne seront malheureusement pas aisées à connaitre avant utilisation.
C'est donc lors des premiers tests qu'elles pourront être constatées.

Autre possibilité

Utiliser une bobine d'allumage d'auto.
Jean (leblob) se dirige actuellement et à priori vers cette solution.

Plus facile à se procurer, fréquence acceptable et surtout très forte THT (20kv à 30kv) puisque en réalité ce n'est pas une simple self mais un transfo.

Dans ce cas, étant donné justement cette importante THT, il faudra préalablement vérifier que la cellule puisse supporter ces pics de tension afin d'éviter des arcs électriques dévastateurs (vérification simple et rapide lors des premiers tests).
Le meilleur modèle serait une bobine auto avec les deux enroulements séparés.
Lors de nos précédents essais (2012/2013), nous avions eu du mal à en trouver une ainsi.
Car nous avons constaté qu'un point du primaire était relié à un point du secondaire.

Ce qui a entrainé une certaine contrainte dans l'utilisation que nous voulions en faire, et déjà pour tout simplement pouvoir mesurer aisément cette THT.

La cellule

Comme expliqué dans le sujet concerné, deux tubes en cuivre (ou autre matériau peu importe), par exemple de diamètres 22mm et 12mm et de 1mm d'épaisseur.
L'isolation totale est réalisée par trempage dans du vernis ou peinture.

ET QU'ATTENDONS-NOUS DE TOUT CELA ?

Hé bien tout d'abord des bulles bien sûr. Et beaucoup.
Mais ne rêvons pas car ce n'est pas en mettant un certain nombre de composants et deux tubes dans un sac, en secouant le tout et en branchant que le miracle va arriver.
Ca se saurait  Razz
Réalisation pas à pas, méthodique, avec au fur et à mesure des avancées, des mesures, des vérifications, et des amendements/corrections qui devront probablement être apportés.

Mais pour se donner un peu de motivation...

Parlons de la consommation (courant).
Car buller beaucoup c'est parfait, mais si nous consommons nos 15 ou 20A il vaut mieux rester à l'électrolyse classique je pense.

Avec ce système que consommons-nous ?
Ou plutôt, quand consommons-nous ?


Nous constatons que ce n'est que pendant l'application du créneau qu'il y a consommation.
Dès la fin du créneau, fin du courant et c'est la self seule qui, libérant l'énergie qu'elle a emmagasinée, génère le pic de THT.
Et cela ne nous coute rien.

Je prends un exemple chiffré (je précise : uniquement à titre d'exemple) :

Supposons que notre self ait une résistance d'environ 40 ohms.
Elle aura une ddp à ses bornes d'environ 8v (avec 3v à 4v pour le Vce de l'igbt).

Ce qui donne, en régime établi, un courant proche de 220mA qui circule donc dans cette self :

Auparavant, sa capa parasite se charge.
J'ai représenté trois moments dans ce créneau (c'est nous qui réglons la largeur de ce créneau), deux pour la charge de la capa de la self et un, stable, celui appelé "régime établi".
La charge de la capa, pour facilité, a été représenté par une ligne droite.

Nous avons donc, pour une période, un courant moyen égal à :
((110mA + 220mA) /3) / 2 = 55mA

Je rajoute 100mA pour le reste des circuits intégrés (et je pense être large) cela fait... allez, soyons fous, disons même 200mA en tout !
Pas mal non ?
Et que la THT fasse 1200v ou même que 80v, que les bulles envahissent le réacteur ou qu'il n'y ait rien... il y aura toujours cette même conso.
A nous bien sûr de faire en sorte que la THT soit suffisante et que notre cellule permette de craquer nos chères molécules.

Car dans ce cas nous aurons donc une production de xxxL/mn pour toujours un courant de 200mA/12v bounce

===============

Voilà donc un projet un peu différent.

Mais au fait, quelles différences ?

- Pas de tubes 304L ? Peu importe, il suffit qu'ils soient métalliques c'est tout. Car ce n'est pas le type même du matériau qui provoque le bullage.

- Pas d'accord des tubes ? Non, pas besoin, il n'y a aucune fréquence spécifique à rechercher, seules les impulsions de THT provoquent le phénomène.

- Le circuit de génération de la THT ? Mais la seule chose à obtenir c'est justement cette THT. Vous la générez comme vous l'entendez.


Il ne reste donc qu'à expérimenter...

Je ne suis pas moi-même expérimentateur.
Et je voudrais expliquer pourquoi pour les nouveaux membres :
Pendant près de vingt années j'ai dirigé mon bureau d'études de conception électronique où là, j'ai fait plus qu'expérimenter croyez-moi  chuidaccord
Maintenant à la retraite, je ne veux, je ne peux plus rempiler pour cause disons, en grand résumé et simplification, de problème de vie familiale.


De ce fait, je ne peux être ici que concepteur.
Ce que j'ai toujours été d'ailleurs.

Et si donc un membre désire me rejoindre pour mener ensemble ce projet à terme et avec succès...
Cela sera avec un énorme plaisir.

Car il me semble que ce serait un bien grand luxe d'ignorer ou même de bouder un projet, quel qu'il soit, au seul fait qu'il diffère d'une pensée unique dont strictement aucune preuve de bonne fin de réalisation n'a encore été, jusque là, apportée...

@++

****************************
Tout le monde savait que c'était impossible.
Il est venu un imbécile qui ne le savait pas... et qui l'a fait.
(X-Wing)
Revenir en haut Aller en bas
exdemoce

avatar

Age : 43
Localisation : chaumont
Prénom : Laurent
Date d'inscription : 11/01/2016

MessageSujet: Re: 6/ [PAH Asl] Synthèse du projet   Mar 14 Juin 2016 - 8:32

Bonjour Alain,

Sujet bien intéressant qui va dans le sens la simplicité et de la synthèse.

La THT est fonction de L mais de dt également.
Donc concernant l’attaque de l’igbt, il serait plus judicieux d’utiliser un "gate driver" ou "mos driver", qui sont des circuits spécialisés avec un courant de pointe pouvant aller à plusieurs ampères.
La commutation de l’igbt sera ainsi la plus rapide possible.

Ce que tu proposes génère une tension strictement positive.
Utiliser une bobine de voiture qui comme tu le dis, est un transfo, générera une tension sans composante continue.
Personnellement j’ignore ce qui est le mieux pour craquer la molécule d’eau.
J’imagine que l’idée est d’essayer.

J’avoue avoir un peu de mal a comprendre que tu ne puisses pas expérimenter mais que tu ais le droit de passer du temps sur l’ordinateur à faire tout ce que tu fais.
Avec l’age ne devient-on pas raisonnable sur le gestion du temps ?

Privilège de la "jeunesse", je file au boulot mais cela ne dégage pas beaucoup de temps pour expérimenter.(même contraintes que toi, j’imagine, on va organiser un  MLH ! Twisted Evil )

A+
Revenir en haut Aller en bas
Asl
Support Electronique
Membre d'Honneur
Support ElectroniqueMembre d'Honneur
avatar

Age : 66
Localisation : Près de Saumur
Prénom : Alain
Date d'inscription : 15/08/2006

MessageSujet: Re: 6/ [PAH Asl] Synthèse du projet   Mar 14 Juin 2016 - 14:33

Bonjour Laurent,

Remarques intéressantes et constructives...
Et merci de participer.

Alors pour ce qui est de la simplicité oui je le pense.

Cela plusieurs mois que je cogite spécifiquement à ça et après moult modifications (rajouts/simplifications) j'en suis arrivé à ce résultat de tests.
En réalité, ma démarche actuelle et réelle n'est pas à tout prix de produire de l'hydrogène à gogo.
Mince, là plus personne ne va me suivre tongue

Cela fait bientôt une vingtaine d'années que Meyer est décédé, pour ma part une douzaine d'années que je me suis plongé dans la marmite, et lorsque je fais le bilan de ce qui a été réalisé par tous ceux à travers le monde qui ont travaillé là-dessus... rien, pinuts.

Il faut se rendre à l'évidence, nous ne savons rien.
Même pas le départ à savoir la génération de THT.
Oh, bien sûr pas de problème, cela existait en électronique alors que nous n'étions même pas un éclat de désir dans les yeux de notre père Razz , mais pour nous, spécifiquement et pratiquement, qui a proposé un schéma réel avec compte-rendu complet etc ?
Si cela avait été le cas, tout le monde aurait repris, et avec raison, exactement la même chose pour dupliquer, et non pas à discuter, encore à l'heure actuelle, s'il faut utiliser une bobine auto ou par résonance RLC ou autre moyen.

Donc ma démarche est de valider un à un les points essentiels :

- Il nous faut une THT = tests et mise au point de cette THT. Test sans cellule.
- Il nous faut une cellule qui offre la plus grande résistance (pour cause de non effondrement de la THT) = définition, fabrication et tests de cette cellule.
Je dis "tests" car nombreux parmi nous ont déjà réalisé une cellule.
Mais combien ont eu la démarche d'effectuer au moins cette mesure de résistance ?

Donc d'abord THT, puis la cellule, puis les deux ensemble.
Et bien sûr et c'est le but : au résultat.
Avec pas mal de chose à régler.

Déjà la fréquence Shocked . J'ai en effet conçu ce projet de telle sorte qu'il n'y ait pas de fréquence de résonance.
Je suis persuadé que c'est le bon choix.
Mais il se peut parfaitement qu'il y ait une autre fréquence, dont personne ne parle, c'est la fréquence de la molécule (ne me parlez pas surtout pas de résonance tel qu'il a toujours été employé et compris).
On s'accorde à penser que la molécule a besoin d'être "choquée", tel l'effet de la balançoire.
Dans ce cas, il faut certes une fréquence d'impulsions mais surtout des temps de repos bien particuliers.
Système Meyer par exemple : le système est accordé à une certaine fréquence de résonance (définie par L et Cellule).
Allez, on dit que ça fonctionne.
Je refais donc strictement la même chose, mais ma fabrication est obligatoirement un peu différente (L et C) et j'ai donc une autre fréquence de résonance... Et ça ne fonctionne pas.
Et pourtant, j'avais tout fait comme a dit le monsieur Embarassed

Voilà donc ma démarche...

Pour ce qui est électronique pure et concernant l'attaque de l'igbt oui, tu as raison un driver est plus que possible.
A noter que le montage push-pull en fait partie et que dans la très grande majorité des cas c'est ainsi qu'ils sont pilotés.
Le choix des transistors sera à revoir très certainement (je n'ai pas trop pinaillé sur ce point).
Surtout le PNP Q2 qui doit bien sûr avoir un Beta important mais surtout un Vce sat le plus faible possible.

Pour la THT tu parles de dt... oui, encore exact, mais disons que les vitesses (accélérations) sont incluses d'office dans le raisonnement de pensée de la charge de la capa parasite.
De pensées mais surtout de constatations par mesures.

Tu a écrit:
J’avoue avoir un peu de mal a comprendre que tu ne puisses pas expérimenter mais que tu ais le droit de passer du temps sur l’ordinateur à faire tout ce que tu fais.
Avec l’age ne devient-on pas raisonnable sur le gestion du temps ?
Alors non, on ne me donne pas le droit ou l'autorisation  Laughing

Je passe en effet pas mal de temps sur l'ordi mais dans la mesure où, avec l'âge probablement, je deviens un peu insomniaque, beaucoup de mon travail se passe entre 2h00 et 5h00 du matin.

Pour ce qui est de l'expérimentation, et c'est marrant, j'en ai déjà parlé il y a une semaine environ à un membre.
Je ne m'étais pas étalé lors de mon précédent message mais comme tu en parles je précise un peu plus :
Moi, à un membre par MP a écrit:
Et certains peuvent éventuellement se demander pourquoi je ne suis pas expérimentateur.
En effet, cela me serait peut-être plus facile de réussir en mettant en application moi-même ce que je conçois.
Ce n'est pas l'achat du matos qui pose un problème (car j'ai tout vendu en prenant ma retraite...) non, c'est un gros problème de vie familiale.
Car pendant une vingtaine d'années, ma tendre moitié a vraiment tout supporté.

J'étais dans le boulot 24h/24h.
Et réel.
Sur ma table de nuit, il n'y avait toujours que des datas books. Je ne vivais presque que pour les études que je devais réaliser et bien sûr réussir.

Et je ne peux pas, ne veux pas lui faire subir ça encore une fois.
Mais elle non plus d'ailleurs, je me ferais répudier immédiatement Razz

Voilà. Mais d'ailleurs, si tout le monde pouvait expérimenter... Il y aurait foule de projets sur le Forum Laughing

Tiens, pas bête ça bounce

@++

****************************
Tout le monde savait que c'était impossible.
Il est venu un imbécile qui ne le savait pas... et qui l'a fait.
(X-Wing)
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: 6/ [PAH Asl] Synthèse du projet   

Revenir en haut Aller en bas
 
6/ [PAH Asl] Synthèse du projet
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bureau d'études de Recherche et de Développement :: Bureau d'Etudes :: Production autonome d'Hydrogène (PAH) :: Faisabilité et réalisations du projet d'Asl-
Sauter vers:  
Site à visiter...

Econologie.com : rechauffement climatique et economies d'energie

NOS REALISATIONS, TESTEES ET...
REPRODUCTIBLES PAR TOUS !

Alimentation à découpage
2v - 25v / 20A

Carte interface série optocouplée
pour système de développement
sur PICS

Carte PWM avec
mosfet de puissance intégré